Mobilités nouvelles : les pompiers se forment à la sécurité


Électricité, gaz naturel, hydrogène… Le marché des véhicules va connaître des évolutions importantes avec ces motorisations nouvelles dont il faut s’assurer de tous les aspects complémentaires en matière de sécurité. Dans le Morbihan, les pompiers s’y préparent avec Morbihan Energies.

L’effervescence gagne la voiture électrique. L’objectif national est de 1,2 million de véhicules particuliers à batteries ou hybrides rechargeables sur les routes pour 2023. Sera-t-il tenu ? On assiste, en tout cas, ces derniers mois, à une progression notable des ventes. Côté transports, des professionnels ont commencé à prendre le virage du GNV ( gaz naturel véhicules ) moins polluant. Et demain, à Vannes, on pourra aller à la pompe faire son plein d’hydrogène.

Voitures et autocar

Le développement de ces mobilités nouvelles doit s’accompagner d’un programme de formation pour les secours. Les risques ne sont pas plus élevés que ceux engendrés par les dérivés du pétrole, mais pour savoir les maîtriser, il faut apprendre à intervenir.

C’était le cas vendredi 3 mai au centre de secours de Vannes où le SDIS avait regroupé le plus large éventail des voitures à énergie alternative actuellement sur le marché : plus dix modèles prêtés par les concessionnaires de la région et Morbihan Energies. Un autocar électrique, le seul actuellement en circulation dans le département, de la société Vincent Bobet, complétait la gamme.

Electricité, GNV, hydrogène

« Lorsque nous sommes en intervention, il nous faut avoir une bonne lecture des points dangereux d’un véhicule. Nous avons acquis cette maîtrise pour l’essence, le gazole, puis le GPL. Nous nous préparons maintenant pour l’électricité, le GNV, l’hydrogène », souligne le colonel Erwan Ganne, chef de groupement couverture des risques au SDIS ( Service départemental d’incendie et de secours ) du Morbihan.

Neutraliser l’énergie

« Le premier souci est de neutraliser l’énergie. C’est pour cela que nous souhaitons connaître tous les véhicules qui sont actuellement utilisés », précise le sergent-chef Pierre-Yves Nicolas, référent secours route énergie au SDIS. Valves, fusibles, systèmes de débranchement… les dispositifs de sécurité diffèrent d’une marque à l’autre et pour les secours il s’agit de pouvoir rapidement les identifier.

Connaître les organes de sécurité

Jeudi 16 mai,Mobilités nouvelles : les pompiers se forment à la sécurité le SDIS était cette fois à la station GNV du Prat, mise en service l’an passé par 56 Energies, la société d’économie mixte de Morbihan Energies, où des camions et utilitaires de plusieurs entreprises et collectivités, voire des voitures particulières, viennent s’avitailler.

Il s’agit là aussi de lancer un programme de formation aux interventions en urgence. Impératif : connaître tous les organes de sécurité pour agir au bon endroit dès le premier instant. «  Le gaz est extrêmement bien confiné », rassure Pierre-Yves Oger, responsable des installations GNV en Bretagne pour la société EPM, dont celle du Prat. « Le risque, c’est le véhicule qui prend feu au moment de faire le plein », précise Le sergent-chef Nicolas.

L’hydrogène ensuite

Ces nouvelles stations étant appelées à se multiplier – deux autres vont ouvrir dans le Morbihan  – les pompiers n’arriveront pas en terrain inconnu.

A leur programme aussi : la future station d’avitaillement d’hydrogène pour véhicules professionnels et particuliers. Située dans la zone du Prat à Vannes, cette station devrait ouvrir l’an prochain grâce au partenariat conduit par Morbihan énergies avec Engie, Michelin, la Région Bretagne et la Banque des territoires.